Nicolas, dessinateur du TEC

Nous

Nicolas, dessinateur

Nicolas est un des 5 dessinateurs du TEC. Il conçoit les projets d’aménagement de voirie à destination des bus (arrêts, terminus, gares de bus, …). Rentré en 2013 au TEC, il avait à cœur d’avoir un job où ce qu’il réalise est utile à la société. Rencontre.

Le TEC - Quand êtes-vous rentré au TEC ? Et quel est votre parcours ?

Nicolas :

Je suis rentré au TEC en décembre 2013, comme dessinateur.

Avant, j’ai travaillé 5 ans dans le privé comme dessinateur industriel dans 2 sociétés différentes qui faisaient de la production de béton préfabriqué, des éléments pour les bâtiments industriels,…

J’ai fait un graduat en infographie à Mons. Mais j’ai longuement hésité entre la domotique et l’infographie. J'ai finalement opté pour l'infographie car le côté « dessin industriel » m’intéressait. Et le fait d'avoir un kot et de pouvoir faire mon baptême a aussi penché dans la balance 😉.

Dessinateur pour le TEC, ça consiste en quoi ?

Avec mes 4 autres collègues dessinateurs, notre boulot consiste à concevoir les projets d’aménagement de voirie à destination des bus : aménagements d’arrêts, de terminus, pantographes, sanitaires, gares de bus, voies de circulation pour les bus, etc. On reçoit généralement les demandes d’aménagement des différentes directions territoriales et de là, nous devons imaginer le meilleur aménagement possible en fonction des contraintes (bâti existant, présence d’impétrants, etc.) et de la législation en vigueur.

Quelques exemples de chantiers sur lesquels nous avons travaillé : la gare des bus de La Louvière, celle de Wavre, d’Eupen. En ce moment, je m’occupe de l’aménagement de la N4 entre Namur et Belgrade notamment.

J’ai aussi travaillé sur une bande de bus dynamique. C’est un aménagement de la route qui transforme temporairement une zone de stationnement, en bande de circulation de bus réservée du lundi au vendredi matin.

Attention, on ne dessine pas les abribus, j'insiste là-dessus 😉 !

Quelles sont les étapes d'un projet d'aménagement ? Et combien de temps cela prend ? 

Concrètement, quand un projet arrive, il passe par plusieurs étapes. Il y a d’abord la demande du TEC, le pré-projet, le dessin des plans, l'aval de la DT, l'envoi au gestionnaire de la voirie (SPW, Communes, …), et si celui-ci veut rajouter de nouveaux éléments à la demande il peut, on adapte alors les plans.

Ensuite, on se rend sur le terrain pour faire les métrés techniques, il faut ensuite rédiger le cahier des charges (travaux de voirie, …), attendre l’adjudication, et une fois le marché attribué, il passe au Service Travaux qui gère l’exécution. On n’intervient plus alors, sauf exception.

Question délai, cela dépend vraiment du projet, pour certains, ça peut prendre des années mais en général, en un an, c’est bouclé. Ca peut paraître long mais il y a déjà les demandes de permis, l’adjudication du marché qui prend 2-3 mois et puis les travaux qui ne peuvent pas toujours commencer tout de suite.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier et au TEC plus particulièrement ?

J’aime particulièrement l’idée de travailler dans une entreprise de service public, de savoir que ce que nous réalisons est utile à la société.

Et j’apprécie aussi l’ambiance conviviale qu’il y a ici (avant que le COVID ne passe par là :-s), les repas de Noël, les verres pour les anniversaires, les midis à la cafétaria, c’est sympa.

Recommanderiez-vous le TEC comme employeur à vos connaissances ?

Tout à fait. Même si l’offre de travail peut être moins intéressante que dans le privé (voiture de société, salaire moindre), les conditions sont meilleures : moins de stress, horaires flexibles. Et puis j’habite dans le namurois, du coup les temps de trajets sont top !

Comment avez-vous vécu le télétravail ?

Au début, c’était génial je trouve. Il faisait beau, dès qu’on avait fini de travailler, on pouvait profiter du jardin et on pensait que ça ne durerait pas. Puis c’est devenu un peu long… Ca a fait du bien quand on a pu revenir au bureau 1 puis 2 jours/semaine. A voir quelle sera la suite…