Saba, Data Protection Officer du TEC

Nous

Saba

Saba est Data Protection Officer pour le TEC. Un quoi ? Un Data Protection Officer… C'est quoi ? 😁
Bref, c’est elle qui assure la protection de vos données et le bon respect de la réglementation européenne en vigueur sur ce domaine.

Le TEC - Qu’est-ce qu’un Data Protection Officer ? A quoi sert-il ?

Saba :

Le Data Protection Officer (DPO) est le délégué à la protection des données. En quelques mots, c’est la personne qui veille à la protection des données à caractère personnel au sein de l’entreprise et s’assure de la bonne application du Règlement Général relatif à la Protection des Données (RGPD). C’est un travail d’équilibriste car il faut combiner la libre circulation des données, en permettant à l’entreprise de continuer à travailler et à les traiter tout en assurant le droit fondamental des individus à la protection de leurs données à caractère personnel.

Les gens ne s’en rendent pas compte mais c’est un droit fondamental à part entière au même titre que le droit à la vie privée, le droit à la dignité, le droit à un procès équitable,….

Ce métier est né avec l’entrée en vigueur du RGPD le 25 mai 2018. Il peut être exercé par un salarié ou par une personne externe agissant sur la base d'un contrat de service (c’est mon cas), on parlera de DPO externe. Il assume en toute circonstance sa mission avec indépendance.

La désignation d’un DPO est par ailleurs rendue obligatoire dans certains cas, ainsi les autorités publiques, comme le TEC, doivent désigner un DPO.

Quelles sont vos principales missions ?

Mon rôle est de :

  • Conseiller et informer le TEC et ses travailleurs sur les modalités et la mise en œuvre du RGPD notamment en donnant organisant des formations ;
  • Accompagner et dispenser des conseils dans le cadre des évaluations qui doivent être réalisés ;
  • Être la personne de contact pour les autorités de contrôle, les usagers, les travailleurs

ex : Ophélie, employée au TEC, se demande si c’est normal qu’un usager la contacte sur son profil personnel sur Facebook pour la menacer, elle peut me contacter à l’adresse :  [email protected]

  • Contrôler (ce n’est pas la mission que je préfère). Je dois pouvoir vérifier, émettre un avis, conseiller de rester vigilant, vérifier ce qui a été fait mais en aucun cas, je ne peux réaliser moi-même les obligation qui incombent au TEC .

C’est donc un travail en continu, d’accompagnement à la conformité au RGPD. Cette conformité peut être vérifiée par l’Autorité belge de protection des données, ou l’APD.

C’est une autorité indépendante créée par une loi du 3 décembre 2017 (anciennement « Commission vie privée »). C’est un organe régulatoire qui peut imposer pour une mise en conformité, des sanctions, qui vont de la recommandation à l’amende.

Et quel est votre parcours ?

J’ai un profil particulier, j’ai fait une licence en Sciences Politiques puis j’ai repris en cours du soir un Master en Droit. J’ai assez vite eu un intérêt pour la protection de la vie privée et des données à caractère personnel, en collaborant au développement d’outils de LegalTech. Ce sont des applications informatiques conçues pour répondre à des besoins juridiques comme par exemple automatiser des procédures, ou prédire des jugements grâce à l’intelligence artificielle ... Ces applications sont très invasives, elles traitent beaucoup de données notamment personnelles.

Je me suis donc ensuite assez naturellement intéressée à cette matière et en 2018, avec l’entrée en vigueur du RGPD, j’ai suivi une certification de DPO à l’Université de Maastricht.

Aujourd’hui je suis DPO, avocate, mais également chercheuse au centre de droit privé de l’Université Saint-Louis Bruxelles-UCLouvain, le CEPRI et assistante en droit des obligations mais également rédactrice en chef de la revue juridique le « DPO News ».

Obélix de la protection des données et du droit, je suis tombée dedans 😉 très tôt. Cette matière me passionne, j’adore mon/mes job(s).

Le RGPD, c’est quoi en bref ?

Le GDPR - version FR par Le TEC sur Vimeo.